Au flanc de la colline, se dorant au soleil,
Il est là, notre village, au bout de sa vallée.

Bien loin des chemins surchargés
Foisonnant d'irrespectueux curieux,
Vous y viendrez par hasard
Ou fort bien conseillés...

A mes amis et amies d’enfance

Toi qu’un temps j’ai aimé, d’amour ou d’amitié,
Partageant le bonheur de si précieux instants,
De jeux, de confidences, en vérité ton temps,
Je n’entends plus ta voix, plus jamais… plus jamais !

Ma chère et tendre amie,
Petite île dans ma vie,
Caille sur mon canapé,
Je n’peux plus t’échapper !
T’envahis toute mon âme…
Aime-moi, belle dame !
Tendrement à tes pieds,
Et par l’amour porté,
Je rugis de bonheur,
Suis le serf de ton cœur ,
Fou, et pas qu’un peu,
De tes tendres yeux bleus.
Ta douceur si câline,
Rose chaleur féline,
Caressante et suave,
À en être l’esclave
Mon esprit suppliant
Vit de si doux moments !

© Robert Gastaud 13 février 2008

* Titre en hommage à Henri Salvador décédé ce jour

En ces rudes moments d’incertitude,
Puisses-tu me pardonner la peine que je te fais
Et ces ignobles bouffées d’inquiétude
Que, par ma négligence, j’ai ainsi provoquées !

Page 2 sur 4

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner