À ma douce

En ces rudes moments d’incertitude,
Puisses-tu me pardonner la peine que je te fais
Et ces ignobles bouffées d’inquiétude
Que, par ma négligence, j’ai ainsi provoquées !

Moi qui, si ardemment, défends la vérité,
Comment ai-je pu m’enferrer dans ce mensonge
Sous prétexte de ne surtout pas t’alarmer ?
Ce choix idiot, irrémédiablement, me ronge !

J’ai ainsi, lâchement, notre avenir engagé,
Espérant le miracle, confiant en mon étoile,
M’efforçant de croire que ma seule volonté
Suffirait aisément à triompher du mal !

Le pouvoir de mes mains, ma détermination
À résister au pire et ma ténacité
N’auront hélas pas remplacé l’intervention !
Et cruelle sera l’attente de la vérité…


© Robert Gastaud – 17 mars 2008

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner